Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le journal de Toussaint Louverture

Le journal de Toussaint Louverture

partager mon histoire, mon combat

Montée de Toussaint Louverture

Bataille contre l'armée française en 1802
Bataille contre l'armée française en 1802

Je fus nommé le 31 mars 1796, Gouverneur de Saint-Domingue. Quel bonheur ce fut! J'avais rêvé de ce poste tant convoité, mais j'étais destiné à diriger cette île que j'avais mené jusqu'à la liberté et bientôt l'indépendance. Mais bien entendu, lorsqu'on est dirigeant, il y a toujours des gens qui vous envient. Ils peuvent même devenir menaçants et dangereux. C'est pourquoi j'ai réussi à chasser Sonthonax en 1797 grâce aux pouvoirs politiques que j'avais aquis aux cours des années. Je ne voulais pas l'inclure dans ma célébrité future et partager mon pouvoir. Il me faisait de l'ombre, un peu trop. Il avait été bien utile en instaurant l'abolition de l'esclavage, il avait gagner l'amour des insulaires, mais il devenait pesant.

En 1798, nous réussîmes à chasser tous les Anglais encore présent sur l'île, pour enfin obtenir une île libre. Mais Napoléon, un général français, commençait à se faire de plus en plus désapprobateur et de plus en plus agressif quant aux décisions que je prenais. Nous avions pourtant des points communs : nous sommes tous deux des génies militaire, il ne faut pas se le cacher et nous sommes également un peu en marge de la société française.

Je devais garder l'économie de Saint-Domingue active pour pouvoir poursuivre cette quête d'indépendance de l'île. Il fallait donc pour cela continuer l'exploitation des plantations. Ce choix me coûta beaucoup : il fallut que j'ordonne aux hommes, d'anciens esclaves, de retourner dans les fermes pour travailler. Il fallait que je garde un pied sur le commerce de sucre pour pouvoir garder une certaine paix sociale. J'ai été dur avec ces anciens hommes qui avaient souffert, parfois peut être trop dur je l'admets, Mais il fallait que l'ordre règne pour que l'on puisse continuer notre projet. Les habitants n'étaient pas toujours d’accord avec moi. Je ne l'aurais sûrement pas été si j'avais été à leur place. Ils voulaient cultiver pour eux-mêmes et non pour exporter. Mais cela n'aurait pas suffit à survenir à nos besoins. Et tant de pays dépendaient de notre production. Je voulais être bien vu du monde entier car si un jour nous avions besoin d'aide extérieure, l'exportation nous aura été utile.

Par la suite, nous créâmes une constitution propre à Saint-Domingue. Quelle fierté ce fut! C'était la première écrite qui interdisait une discrimination raciale, qui interdisait l'esclavage. Je me proclamai Gouverneur à vie de l'île et seul moi-même pouvait pourrait choisir l'identité de mon successeur. J'instaurai en quelque sorte une dictature militaire qui préserverait la paix et le bien être de l'île.

Mais Napoléon ainsi que tous les dirigeants européens et américains ne voyaient pas d'un bon œil notre république noire. J'écrivis donc à Napoléon pour le convaincre de mes bonnes intentions, du fait que je sois toujours resté du côté français malgré tout et que je ne voulais en aucun cas nuire à la France. Mais mes efforts furent vains car Napoléon décida d'envoyer une flotte de 31 000 homme en 1802. Il voulait rétablir l'ordre et l'autorité sur Saint-Domingue.

Je combattis l'armée française durant 3 mois mais comme je n'avais plus qu'un succès mitigé à la suite des quelques décisions maladroites que j'avais eu à prendre, je dus me rendre le 6 mai 1802. Je réussi à garder ma dignité en gardant mon grade, et je fus assigné à résidence. 1 mois plus tard, le général en chef de l'expédition de Saint Domingue, le général Leclerc me convoqua. Il m'arrêta, m'accusant de conspiration. Je fus envoyé par la suite avec ma famille jusqu'en France.

Napoléon Bonaparte, général français
Napoléon Bonaparte, général français

Napoléon Bonaparte, général français

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article