Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le journal de Toussaint Louverture

Le journal de Toussaint Louverture

partager mon histoire, mon combat

Une page se tourne

Gravure représentant Toussaint Louverture à son arrivée à Brest en 1802. Réalisée par Pierre-Charles Baquoy
Gravure représentant Toussaint Louverture à son arrivée à Brest en 1802. Réalisée par Pierre-Charles Baquoy

Chers amis,

Ce sont mes derniers jours voire mes dernières heures. Je le sens. Ces 60 années m'ont apporté des moments de joie, de peine, de colère. Je ne regrette rien, je suis désormais calme. Mais mon temps se finit et je ne peux plus me sauver. C'est résigné que j'attends. Je suis plus inquiet pour ma famille qui a elle aussi été déportée en France. Sont-ils vivants? Au trépas? sont-ils libres et citoyens? Aucune possibilité de savoir néanmoins. N'ayant pas le courage de me tuer tel un homme, ils ont préféré me réduire au silence, m'incarcérant avec le rude climat qu'est le Doubs comme seule compagnie. La flamme qui m'animait s'attise petit à petit, arrivant bientôt à sa fin. Quand je replonge dans le passé, jamais je n'aurais pu prédire pareil destin. Que ma vie fut remplie et mouvementée!

Un garde m'a présenté l'autre jour une gravure que l'on avait fait de moi lors de mon arrivée à Brest, me faisant remarquer l'absence du moindre signe amical sur mon visage. Mais comment sourire alors que la fin de notre vie se résumera à un château sinistre comme celui de Joux? Au dos de la gravure était inscrite une phrase qui était en fait un récapitulatif de mon combat, de mon histoire. Cette phrase, je l'avais prononcée le jour où mes pieds foulèrent cette terre inhospitalière. Plein de rage et de rancœur je m’exclamais : « En me renversant, on n'a abattu à Saint-Domingue que le tronc de l'arbre de la liberté des Noirs, mais il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses ». Quelle belle phrase! L'Histoire ne l'oubliera pas, j'en suis sur. Et à travers celle-ci, je continuerai à vivre. J'ai en effet pris part à l'Histoire avec un grand H!

Ainsi se finit ma vie. J'espère que mes lettres seront lues et qu'elles éclairciront bon nombre de personnes. J'espère également que vous me connaissez mieux à présent et que mes idées, que dis-je, mon combat oui, vous apparaissent plus clairement et justes.

Vive la liberté ~ Libète ap viv!

Toussaint mourut dans la nuit du 6 au 7 avril 1803. Il ne connaîtra pas la proclamation d'indépendance d'Haïti qui eut lieu le 1er janvier 1804, proclamée par son ancien lieutenant : Dessalines.

Ci-joint, une vue de la cellule de Toussaint Louverture dans le Jura: voir la première vidéo de 4 min; entre 0:00 min et 1:36 min.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alexandre 23/02/2016 21:44

Bravo pour ce beau texte!